Cameroun - Crise anglophone: Hilaire Kamga (candidat déclaré à l’élection présidentielle): «Vous parlez de crise encore. On est en pleine guerre. Il faut qu’on le dise de manière claire. On est en pleine guerre avec des forces»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Jun-2018 - 14h54   5196                      
6
Hilaire Kamga Hilaire Kamga
Le leader de « l’Offre Orange » ne voit pas la nécessité d’instaurer un plan d’urgence humanitaire alors que le conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest bat son plein.

Hilaire Kamga, candidat investi par l’ « Offre Orange » pour l’élection présidentielle prévue en octobre prochain était l’invité de Radio Balafon ce 25 juin 2018. L’opposant qui disait revenir de missions dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest a répondu aux questions en rapport avec la crise anglophone. Il  a déclaré que le Cameroun est déjà en plein dans le conflit armé. « Vous parlez de crise encore.  On est en pleine guerre. Il faut qu’on le dise de manière claire. On est en pleine guerre avec des forces. Tous les belligérants. Je ne sais pas si les belligérants sont seulement de deux groupes. Mais de toutes les façons il y a en face les forces de monsieur Biya et des forces autres.  Ça peut être des forces séparatistes ou d’autres types de forces. Parce qu’il y a une industrie de la guerre qui s ‘est développée dans cette région-là et chacun trouve son compte apparemment à entretenir cette guerre qui sont en train de se dérouler dans ces régions », a-t-il expliqué.  

Commentant le Plan d’urgence humanitaire à destination des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest concocté par le gouvernement,  Hilaire Kamga  indique que l’Offre Orange a publié le 23 juin 2018 une déclaration dans laquelle cette formation déclare qu’il s’agit d’une « nouvelle vaste campagne d’escroquerie ».  Et de poursuivre : « on mérite mieux que ça et ça témoigne de manière claire la posture d’un gouvernement incompétent sous un leadership malheureusement   désuet qu’il va falloir naturellement balayer ».

L’homme politique continue son argumentation en servant une volée de bois vert au pouvoir. « S’il y a des gens qui sont devenus des malades mentaux dans le régime de Monsieur Biya, on ne peut pas postuler de façon globale que tous les Camerounais sont devenus des malades mentaux. Vous ne pouvez pas pendant qu’il y a des coups de feu dire que vous reconstruisez ! Ce n’est pas possible ! Ce n’est même pas envisageable. Vous ne pouvez pas pendant qu’on parle encore  des écoles qu’on détruit, des villages qu’on est en train de brûler, vous dites qu’on est en train de reconstruire. On ne peut pas reconstruire sans pacifier ! »

Il veut que soient  d’abord créées les conditions d’un retour à la paix avant de penser au plan d’urgence humanitaire.  « Sauf si on est idiot, sauf si on ne sait pas ce qu’on veut à la limite », dit-il encore accusant le président camerounais Paul  Biya d’avoir refusé le dialogue, d’être responsable de la crise anglophone.   Il réclame un dialogue inclusif et dénonce la communication du camp Biya qui consiste à se demander  « avec qui dialoguer ?» Hilaire Kamga fait savoir qu’il a déjà proposé le Cardinal Christian Tumi, « la personnalité la plus crédible du Cameroun » et Chief Mukete, sénateur du RDPC originaire du Sud-Ouest qui pourraient selon lui dresser la liste des négociateurs côté anglophone.   

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique