Cameroun - Crise anglophone/Jean De Dieu Momo (ministre délégué auprès du ministre de la Justice): «S’il y a un prix à payer pour avoir la paix, nous devons nous résoudre à le payer»

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Sep-2021 - 14h58   11743                      
17
Jean De Dieu Momo archives
Le ministre délégué auprès du ministre de la Justice s’est ainsi exprimé dans une tribune libre publiée par le quotidien Cameroon Tribune en kiosque ce 24 septembre 2021.

Le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Jean De Dieu Momo, s’est exprimé dans une tribune libre publiée par le quotidien Cameroun Tribune en kiosque ce 24 septembre 2021. «L’impuissance de la puissance», c’est le titre de  cette tribune libre. Ici, l’homme politique revient sur l’incapacité d’agir dont est contraint son pays par la communauté internationale, face aux atrocités des terroristes des régions anglophobes qui tuent les forces de défense et de sécurité et les civils, sous peine de «sanctions», peut-on lire.

«J’y vois en plus un sérieux handicap pour nos jeunes Etats, handicap constitué par l’activisme militant et suspect de certaines ONG des Droits de l’Homme, et/ou dans une certaine mesure, l’inaction collusive de la ‘’communauté internationale’’ derrière et/ou sous les jupons de laquelle semblent s’abriter des terroristes sans foi ni loi, prompts à pointer d’un doigt accusateur et mensonger sur l’Etat du Cameroun dans l’exercice de son droit à la légitime défense face à leurs attaques criminelles disproportionnées», écrit l’homme politique.

Parlant des sécessionnistes, le ministre écrit que: «ces derniers n’obéissent qu’à leurs propres lois et ignorent les lois de la guerre et d’humanisme auxquelles sont assujettis les Etats par la signature des Conventions Internationales et leur adhésion aux différents Pactes Internationaux. Ainsi ils peuvent tuer, décapiter, éventrer les soldats mais ceux-ci n’auraient même pas le droit de se défendre et le moindre écart de comportement déclenche un tintamarre international contre notre pays auquel les menaces de sanctions sont déployées à grand renfort de publicité. Tout cela est démotivant pour nos forces de défense et nous donne un sentiment d’injustice stoïquement subie !».

«La puissante armée camerounaise semble en effet, avoir les mains liées, ne pouvant pas, pire, interdit de dérouler tout son arsenal militaire contre des terroristes aux armements sophistiqués et aux lance-roquettes assassines. Or, l’Etat est le seul Entrepreneur de la Sécurité sur son territoire», poursuit-il.

En comparant le Cameroun à certaines grandes puissances mondiales dont les USA et la France, Jean De Dieu Momo affirme qu’il «y aurait du deux poids deux mesures» dans le traitement des affaires internationales.

Enfin, il conclut que: «s’il y a un prix à payer pour avoir la paix, nous devons nous résoudre à le payer, car de même qu’hier dans l’Ouest, ce sont les populations ici qui paient le prix le plus lourd tribut, ainsi que nos forces de défense… Il faut terroriser les terroristes comme disait Charles PASQUA en son temps ! Il y a des symboles qu’on ne doit pas toucher sous peine de perdre l’Etat. L’urgence fait loi».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique