Cameroun - Crise sociopolitique: Acculé par l’Occident, Paul Biya appelle les Camerounais à la rescousse

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Apr-2019 - 06h27   5476                      
13
Paul et Chantal Biya, réception au Palais de l'Unité le 6-11-2018. PRC
En l’espace de 24 heures, le Président de la République a effectué deux sorties sur les réseaux sociaux pour demander aux Camerounais de défendre leur patrie.

Le fait est très inhabituel chez le Président de la République ! Prendre la parole deux fois en l’espace de 24 heures. C’est pourtant ce que Paul Biya vient de faire. Le locataire du Palais d’Etoudi s’est exprimé sur son compte twitter et sa page Facebook le lundi 22 avril et le mardi 23 avril 2019.

A chaque fois, Paul Biya a sélectionné un extrait de ses précédents discours. «Je vous demande de travailler avec acharnement et abnégation pour mériter toujours de la patrie et bâtir dans la paix, un Etat qui soit non pas une juxtaposition de groupes ethniques, religieux ou linguistiques, mais une véritable communauté nationale», a-t-il posté mardi. La veille déjà, le Chef de l’Etat, au pouvoir depuis bientôt 37 ans, avait affirmé: «Nous n’avons qu’une patrie. Il est de notre devoir de la défendre et de la conduire, tous ensemble, sur les chemins de la grandeur et de la prospérité pour tous».

Des prises de parole qui interviennent après une sortie fracassante de l’Union Européenne (UE), à travers son Parlement Européen. Dans une résolution prise le 18 avril, l’organe parlementaire de l’UE a fustigé le climat sociopolitique qui règne au Cameroun, marqué par «le recours excessif à la force contre les manifestants et les opposants politiques, ainsi que les violations de la liberté de la presse, de la liberté d’expression et de la liberté de réunion».

Appelant à la libération de Maurice Kamto et de tous les hommes politiques en détention, l’institution a menacé de la porter la crise anglophone à l’attention du Conseil de sécurité de l’ONU, si l’Etat du Cameroun et l’Union Africaine n’arrivaient pas à trouver une solution pacifique et consensuelle.

Une sortie qui a provoqué une véritable levée de boucliers dans le pays. Le gouvernement, le parlement et le parlement Panafricain (dirigé par le Camerounais Roger Nkodo Dang), sont tous montés au créneau pour dénoncer une tentative d’ingérence. Plus modéré, Paul Biya a lui, choisi d’en appeler au sens du patriotisme de ses compatriotes. Sans doute, selon le Chef de l’Etat, la meilleure arme face aux pressions internationales.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique