Cameroun - Double scrutin du 9 février 2020: Pour la Mission d'observation électorale de l'Afrique Centrale, le taux de participation était «acceptable».

Par Alain G. KANGA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Feb-2020 - 15h14   3164                      
14
Devant un bureau de vote Fred BIHINA
Elle l'a fait savoir à travers une déclaration, le 12 février 2020 à Yaoundé.

La Mission d'observation électorale de l'Afrique Centrale et de l'Afrique de l'Ouest a présenté son rapport des élections législatives et municipales du 9 février 2020 au Cameroun, à travers une déclaration publiée le 12 février à Yaoundé.

Sur la base des fiches d'observation, la mission constate que «la campagne électorale, qui a démarré timidement, a été pacifique dans l'ensemble des régions sauf pour celles (Nord-Ouest et Sud-Ouest) en crise», indique Cyrille Nguieguang, chef de la mission.

La mission a également noté une affluence «remarquable au niveau de tous les bureaux de votes visités, laissant présager un taux de participation acceptable. La disponibilité du matériel électoral dans tous les bureaux de vote visités ainsi que le caractère indélébile de l'encre. De plus les urnes observées ont été correctement scellées, transparentes et vides à l'ouverture, de manière à garantir le secret de vote».

La Mission électorale de l'Afrique Centrale et de l'Afrique de l'Ouest a salué «la disponibilité des résultats pour les représentants des candidats et l'accessibilité de ceux-ci par le public présent, à l'issue de la phase de dépouillement et d'agrégation qui s'est opérée selon les dispositions en vigueur»

Toutefois des insuffisances ont été soulignées pendant ce double scrutin. Mais des insuffisances jugées "légères" et «n'ayant aucun impact déterminant sur le bon déroulement du vote», fait savoir M. Nguieguang.

L'équipe des observateurs de ces deux sous régions d'Afrique a fait quelques recommandations: Elle encourage les partis politiques à se réengager sur la voie du dialogue et à mettre en œuvre les moyens nécessaires  pour que s'instaure un consensus plus large autour des réformes du cadre légal régissant les élections. Le but étant de consolider la démocratie, la gouvernance, la paix et la stabilité. Elle a enfin recommandé à la société civile de continuer à garder sa neutralité, et à ne chercher que le bien être du peuple camerounais. 

 

Auteur:
Alain G. KANGA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique