Cameroun - Elections 2018: Enow Abrams Egbe (président du Conseil Electoral) avoue des manquements dans l’organisation des sénatoriales et de la présidentielle

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Mar-2019 - 12h28   1893                      
7
ELECAM: DG sortant absent Facebook
ELECAM entend repenser les stratégies actuelles afin d’être mieux outillé pour les futures échéances électorales.

Une session du Conseil électoral d’Elections Cameroon s’est tenue le 15 mars dernier à Yaoundé. La session était présidée par Enow Abrams Egbe, le président du Conseil électoral en présence du directeur général des Elections, Erik ESSOUSSE et des membres du Conseil.

Dans son discours d’ouverture, si le président du Conseil électoral a estimé qu’on peut conclure à un déroulé positif des  élections sénatoriales du 25 mars 2018 et de la présidentielle du 7 octobre 2018 sur l’ensemble, il a  reconnu que plusieurs manquements ont été observés lors de ces scrutins.

Il s’agit notamment de: «l’apparition persistante des doublons sur le fichier électorale due en partie au disfonctionnement des kits biométriques, le faible taux  de participation aux scrutins, la problématique du vote des déplacés internes et des refugiés issus des  régions en crise,  la timide implication des partis politiques pourtant principaux bénéficiaires du processus électoral avec pour corollaire une faible représentativité dans les Commissions mixtes de vote et enfin, le déficit d’éducation à la démocratie des acteurs au processus électoral».

Conscient des défis qui interpellent, ELECAM entend revisiter les aspects qui n’ont pas bien fonctionné lors des précédentes consultations, mais aussi repenser les stratégies actuelles afin d’être mieux outillé pour les échéances électorales 2019. 

Pour atteindre ses objectifs, l’organe en charge des élections mise sur: «l’optimisation du matériel électoral, l’atteinte de l’objectif dix millions d’inscrits en 2019; pour y parvenir, ELECAM souhaite étendre la main à la jeunesse  qui constitue l’électorat le plus important, développer les mécanismes inclusifs pour améliorer la participation électorale des femmes et des couches vulnérables de la population».

Il s’agira également d’«accroitre et renforcer le taux de participation aux élections, l’instauration d’un cadre permanent de concertation avec les autres acteurs du processus électorale à des fréquences rapprochées, seul gage du dialogue franc et inclusif, la consolidation de la coopération institutionnelle  à travers des partenariats solides et à longs termes avec les organismes internationaux et d’autres organes de gestion des élections, intensifier la formation et la mise à niveau des capacités des membres d’ELECAM ainsi que des acteurs du processus électoral  et enfin, l’augmentation des campagnes de sensibilisation d’éducation et d’information des acteurs politiques sur le droit de participation aux élections».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique