Cameroun - Eric Chinje: «Dans la plupart de nos ambassades, aux Etats-Unis, en Angleterre comme ailleurs, on parle Beti. Ce n’est pas normal ! Ça c’est du tribalisme pur et simple»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jun-2019 - 12h21   28720                      
299
Eric Chinje Eric Chinje
L’ancien journaliste de a CRTV croit que c’est un problème qui préoccupe au plus haut point le président de la République Paul Biya.

Eric Chinje ne se retient pas quand il dénonce le tribalisme. L’invité du programme « Dimanche avec vous » (Equinoxe télévision) le 9 juin 2019 a pendant de longues minutes dit tout le mal qu’il en pensait. Ainsi a-t-il rappelé qu’en 1998 alors que son employeur la Banque Mondiale cherchait à connaître le problème qui préoccupait certains chefs d’Etat africains, Paul Biya du Cameroun a déclaré que le tribalisme est celui qui le faisait le plus réfléchir. L’ancien rédacteur en chef de la télévision publique croit que Paul Biya est toujours autant préoccupé par ce problème aujourd’hui.

Eric Chinje a décrit un fléau qui sévit jusque dans la diaspora camerounaise. Particulièrement dans les représentations diplomatiques. « Dans la plupart de nos ambassades on parle Beti aux Etats-Unis comme en Angleterre et ailleurs. Ce n’est pas normal. Ca c’est du tribalisme pur et simple. C’est une langue du Cameroun mais elle ne devrait pas être utilisée dans une ambassade ».

L’ancien directeur de la communication de la Banque mondiale appelle à regarder la triste réalité du tribalisme en face.  Il croit que c’est le seule moyen de mettre fin aux compirtments tribalistes. « Je n’ai rien contre les Beti. Mes meilleurs ammis son Beti. Ma fille est Beti. J’ai horreur de le dire comme je le dis là. Parce que je ne veux pas monter les gens contre une de nos tribus. Mais quand il y a une réalité en face il faut le dire aussi. Si on ne reconnaît pas le problème, on n’y trouvera jamais la solution. C’est inconcevable, inadmissible qu’une langue camerounaise domine toutes les autres surtout à l’extérieur du pays. N’en parlons pas pour les administrations à l’intérieur du pays. Je crois que le tribalisme se manifeste de manière dangereuse dans ce pays. Il faut qu’on fasse quelque chose pour régler tout ça », souhaite-t-il, évoquant au passage les opinions qui veulent que le candidat à la dernière élection présidentielle Maurice Kamto soit la manifestation de la volonté de la tribu Bamiléké de prendre le pouvoir au Cameroun.

Eric Chinje pense qu’il faut qu’on amène les gens à parler du Cameroun « sans rentrer dans cet aspect des choses ». Parlant d’équité, il rappelle l’équilibre régional instauré par le premier président du Cameroun Ahmadou Ahidjo comme solution. « Essayez de voir combien de gouverneurs, de préfets, d’ambassadeurs viennent du même coin dans ce pays et vous me direz si c’est juste dans un pays de 24 millions de personnes/ Il y a un problème ! », s’indigne le président du conseil d’administration de l’African media inititative.   

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique