Cameroun - Extrême-Nord: Un chauffeur des Brasseries du Cameroun et son «motorboy», grièvement blessés lors d’une attaque de Boko Haram dans la localité de Zigagué (L’œil du Sahel)

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jan-2020 - 16h04   2676                      
4
Des militaires traquant des éléments de Boko Haram Archives
Les infortunés ont été conduits à l’hôpital de Mora où ils reçoivent des soins médicaux

Ce mercredi 08 janvier 2020, les combattants de la secte islamiste Boko Haram ont attaqué un camion des Brasseries du Cameroun. D’après nos confrères du trihebdomadaire L’œil du Sahel en kiosque ce vendredi 10 janvier 2020, l’attaque s’est produite au lieu-dit Pont Zigague, situé dans l’arrondissement de Waza, département du Logone et Chari, région de l’Extrême-nord. C’est à cet endroit qu’une dizaine d’hommes armés ont ouvert le feu sur le chauffeur du camion, le nommé Ngaya Abdoulaye âgé de 55ans et son «motorboy»  Ngou Jérémie, 35 ans sonnés. Grièvement blessés les infortunés ont été conduits à l’hôpital de Mora.

Si l’on s’en tient aux confidences du commandant de brigade de gendarmerie de Zigagué qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque après en avoir été informé, les deux hommes ont eu la vie sauve grâce à la bravoure exceptionnelle dont a fait preuve le sieur Ngaya abdoulaye, le chauffeur du camion. En effet, à en croire cet officier de la gendarmerie, «le chauffeur a sauté sur l’un des assaillants et a arraché son arme. On se sait par quel miracle il a réussi à arracher une arme. C’est un acte de bravoure qui mérite des encouragements»

Mais avant de s’extasier sur le courage du chauffeur des Brasseries du Cameroun, le Commandant de brigade de la gendarmerie de Zigagué avait déjà mobilisé ses éléments. Ces derniers appuyés par la Force multinationale mixte (FMM) se sont déployés pour essayer de mettre hors d’état de nuire les terroristes. «A notre arrivée, les assaillants avaient  fini leur sale besogne et avaient quitté les lieux de l’attaque. Mais nous les avons pourchassé jusqu’à environ 15 km sans les rattraper. Néanmoins, nous avons détruit une case qui visiblement leur servait de cachette dans cette brousse. Nous y avons trouvé plusieurs matériels», a-t-il confié au Journal l’œil du Sahel.

D’après des informations confiées au journal que dirige Guibaï Gatama par   le commandant de brigade de la gendarmerie de Ziguédé «les assaillants venus du Nigeria étaient embusqués dans un bosquet de l’autre côté de la frontière. L’attaque de Boko Haram qui est survenu au lieu-dit pont Zigagué a été rendue possible à cause de la dégradation très avancée de la route. En effet sur cette route nationale no1. Un tronçon de 2 kilomètres qui traverse le lieu-dit pont Zigagué est en très mauvais état et entouré d’eau de part et d’autre de la frontière. Du fait de cette dégradation, les véhicules sont obligés de rouler à une vitesse de 2Km/h. C’est ainsi que les assaillants en profitent pour attaquer», pouvait-on lire dans les colonnes de L’œil du Sahel en kiosque ce vendredi 10 janvier 2020.

Selon le trihebdomadaire, il s’agit  la deuxième attaque qui se produit au même endroit en moins d’un mois. Le 15 décembre dernier, un camion chargé de marchandises qui se rendait à Kousseri a été attaqué par Boko Haram. Les terroristes ont laissé un mort sur le carreau.

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique