Cameroun - Inondations: L’Extrême-Nord a toujours les pieds dans l’eau

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Sep-2020 - 12h30   1467                      
4
Inondations à l'Extrême-Nord Internet
Les populations de la région continuent de subir les affres des pluies diluviennes qui s’abattent incessamment dans les départements du Diamaré, du Logone et Chari et du Mayo-Danay.

L’Extrême-Nord paie le plus lourd tribut du retour des pluies. La région est très affectée par les inondations qui résultent de fortes pluies diluviennes, mais aussi de la montée des eaux du Logone et de la mauvaise qualité des ouvrages réalisés par le projet de lutte contre les inondations, renseigne le quotidien Le Jour de ce lundi 28 septembre 2020.

De nombreux villages de l’arrondissement de Kaïkaï, de Maga, de Vélé et de Yagoua, dans le département du Mayo-Danay, sont engloutis par les eaux. En conséquence, certaines populations ont trouvé refuge dans des écoles, tandis que d’autres ont quitté leurs villages à destination de Yagoua, apprend-on.

Dans l’arrondissement de Kaïkaï, les autorités sont débordées et ne savent plus à quel saint se vouer. «La situation reste préoccupante dans plusieurs localités de Kaikai. Nous essayons d’apporter notre soutien moral aux populations comme nous pouvons», a confié le sous-préfet dudit arrondissement à nos confrères. Les populations appellent inlassablement à l’aide des pouvoirs publics, qui tarde à arriver. Des élites locales se sont tout de même mobilisées pour organiser une chaine de solidarité au bénéfice de leurs populations.

L’arrondissement de Waza aussi n’est pas épargné, et le parc national s’en voit menacé, à en croire le maire de cette commune. «Le niveau d’eau monte chaque jour et plusieurs villages de l’arrondissement sont sous les eaux. Une grande partie du parc national de Waza est aussi inondé. Nous avons dit au ministre de l’Administration Territoriale nos besoins urgents. J’ai aussi saisi le ministre des forêts et de la faune sur la situation des animaux qui peuplent le parc. Un risque de voir le parc se vider de sa population animale vers le Nigeria et le Tchad est réel», a déclaré Ibrahim Mohamed, cité par Le Jour.

Les arrondissements de Dargala, de Zina, et même la ville de Maroua, continuent de subir les conséquences désastreuses des inondations.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique