Cameroun – L’artiste Daphne à propos de la Crise anglophone: «Ce n’est pas un problème entre anglophones et francophones, mais plutôt un problème avec le gouvernement»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Oct-2020 - 02h30   13041                      
12
Daphne N'jie archives
La chanteuse camerounaise répondait à une question d’un auditeur lors de son passage à l’émission «Couleurs Tropicales», diffusée sur la radio française RFI

Le mercredi 7 octobre 2020, l’artiste camerounaise multi-récompensée, Daphne Njie Efundem était l’invitée  de l’émission de divertissement «Couleurs Tropicales», diffusée depuis 25 ans sur la radio française RFI. Elle était l’attraction principale de la «Libre Antenne», une rubrique de ce programme, au cours duquel elle s’est épanchée pendant près de 50 minutes, sur sa carrière musicale, ses problème de santé mentale survenus après le viol qu’elle a subi pendant son enfance et enfin, la situation socio-politique au Cameroun. Sur ce dernier point,  elle a surtout évoqué la crise sécuritaire et indépendantiste qui a cours dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, depuis 4 ans.

D’abord réticente, arguant qu’elle a très peu d’entendement pour des sujets relevant de la politique, Daphne a ensuite voulu lever l’amalgame autour de la nature et l’origine de ce conflit qui a déjà fait des milliers de morts.  Pour cette dernière, il ne s’agit pas d’un problème entre les francophones et les anglophones, mais plutôt des griefs  qu’ont les camerounais originaires de ces deux régions, contre le gouvernement actuel. «Il ne s’agit pas d’un problème entre anglophones et francophones. Il n’y a aucun problème entre les anglophones et les francophones. On a un problème avec le gouvernement», a-t-elle déclaré.

Habituellement très peu versée dans des déclarations à consonance politique, Daphne Njie rejoint à l’aune de cette prise de position, des artistes beaucoup plus radicaux comme Richard Bona, qui ont toujours accusé le gouvernement de Paul Biya, d’être à l’origine de l’exacerbation de la crise anglophone.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique