Cameroun: Le Nigéria dément à son tour l’assassinat de ses ressortissants dans la presqu’île de Bakassi

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jul-2017 - 12h34   9621                      
4
Geoffrey Onyeama, ministre nigérian des Affaires étrangères Punch
Face à la presse mercredi, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, a déclaré que le chiffre 97 correspond au nombre de Nigérians morts à Bakassi depuis 2008. En d’autres termes, les récentes allégations sur l’assassinat de près de 100 ressortissants nigérians sont fausses.

Avant cette déclaration aux médias, apprend-on de source médiatique, Geoffrey Onyeama est passé devant la commission de la Chambre des représentants chargée des questions étrangères. Il y a expliqué que tout a commencé avec l’arrivée d’un nouveau Sous-préfet qui a décidé de mettre en application l’imposition de taxes aux ressortissants nigérians vivant dans la localité.

Les hommes menant des activités de commerce et de pêche devant payer 55.000 nairas (soit 99.665 francs CFA), les femmes 30.000 nairas (54.361 francs CFA) et les églises 50.000 nairas (90.578 francs CFA). C’est de là que sont nées les tensions. Celles-ci ont été accentuées par les sanctions prévues pour ceux ne s’y acquittant pas.

Geoffrey Onyeama a fait savoir à la Chambre des représentants que le non-paiement des taxes impliquait la saisie des marchandises (pour les pêcheurs et les commerçants) et une amende de 200% de l’impôt initial.

Cette sortie fait suite aux rumeurs relayées par la presse nigériane selon lesquelles les autorités de leur pays sommaient celles camerounaises de s’expliquer sur des violences perpétrées sur des ressortissants nigérians d’Idabato (région du Sud-ouest), localité située sur la presqu’île de Bakassi. Certains de ces médias ont même annoncé que près de 100 Nigérians avaient été tués par des gendarmes camerounais qui exigeaient d’eux, le paiement d’une taxe.

De son côté, le gouvernement camerounais a publié sa version des faits mercredi, à travers un communiqué signé du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. L’on apprend, dans le communiqué d’Issa Tchiroma qu’aucun décès ni expulsion de Nigérians ne s’est produit dans la localité d’Idabato à Bakassi. Par contre, les ressortissants étrangers vivant au Cameroun sont assujettis au strict respect des dispositions légales pertinentes régissant leur séjour ou l’exercice de leurs activités économiques sur le territoire national.

En effet, les ressortissants nigérians ne bénéficient plus du régime d’exemption fiscale mise en place avec les accords de Green Tree depuis le 14 août 2013. Une mention omise par le ministre nigérian des Affaires étrangères.

SUR LE MEME SUJET:




Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique