Cameroun - Marches annoncées du MRC: Les mototaximen de la ville de Douala, opposés à ces manifestations, reçus par  le Gouverneur de la région du Littoral

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Sep-2020 - 14h09   5133                      
10
Moto-taximen d'Ebolowa archives
Ces derniers étaient porteurs de messages empreints de patriotisme.

C’est le cœur rempli de sentiments patriotiques que plusieurs syndicats de mototaximen de la ville de Douala, ont récemment rallié le quartier Bonanjo, sis au centre-ville de la capitale économique du pays, une artère qui est leur est habituellement interdite. Les raisons de cette exceptionnalité résident dans leurs prises de position récentes concernant certains évènements politiques futurs.

En effet, si les conducteurs de moto-taxis étaient à Bonanjo, c’était pour affirmer de vive voix devant Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de la région du Littoral, leur opposition catégorique aux marches pacifiques annoncées par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun ((MRC) dans le but ultime d’appeler au départ du président de la République.

«Tout appel de manifestation de qui que ce soit visant à renverser les institutions trouvera sur son chemin non seulement la loi, mais également les moto-taxis du Wouri»,  «Nous allons être des maillons de la vigilance, pour que notre pays reste notre pays, et debout», «ce pays a été conçu par nous tous. La récréation est terminée!», scandaient à tue-tête plusieurs leaders de cette corporation informelle.

Pour mémoire, depuis que Maurice Kamto, le président national du MRC, et d’autres figures de l’opposition ont annoncé qu’ils comptent battre le macadam le 22 septembre prochain pour dire non aux élections régionales prévues le 6 décembre 2020 et appeler au départ de Paul Biya, le gouvernement est sur le qui-vive. Les messages de condamnations et les mises en garde fusent de toute part. Certaines représentations diplomatiques craignant des émeutes populaires, ont même déconseillé à leurs ressortissants de se rendre dans les centres-villes de Douala et de Yaoundé.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique