Cameroun - Statut du massif forestier D’Ebo (Littoral): Quand le président Paul Biya désavoue son Premier Ministre

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Aug-2020 - 13h33   3542                      
4
Paul Biya Droits réservés
Dans un communiqué publié le 11 août 2020, le chef de l’Etat annule une décision de Joseph Dion Ngute portant classement au domaine privé de l’Etat, d’une portion de forêt dans le Nkam et la Sanaga Maritime.

Le 14 juillet 2020, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, signe un décret intégrant le massif forestier d’Ebo (Littoral) dans le domaine forestier permanent. Il s’agit concrètement d’une portion de 68 385 hectares constituée en Unité forestière d’aménagement (UFA) et classée désormais dans le domaine privé de l’Etat.

Une décision gouvernementale qui soulève un tollé général auprès des populations riveraines et des ONG internationales. Il est reproché au gouvernement camerounais notamment d’avoir ignoré de manière flagrante les demandes des communautés locales et des ONG d’honorer une décision du gouvernement de 2006 de déclarer la zone parc national, explique le quotidien Le Messager dans son édition du 13 août 2020.

Près de trois semaines après (6 août 2020), «sur Très hautes instructions du président Paul Biya», le PM signe un nouveau décret portant retrait de son décret signé le 14 juillet 2020 portant classement au domaine privé de l’Etat, d’une portion de forêt de 68 385 hectares située dans les départements du Nkam et de la Sanaga-Maritime, région du Littoral.

Le communiqué de presse du Secrétaire général des Services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda, publié le 11 août 2020, souligne également que le chef de l’Etat a ordonné «de surseoir à la procédure de classement de la portion de 65 007 hectares située dans le département du Nkam et constituée en unité forestière d’aménagement».

En clair, «le président de la République Paul Biya et le Premier ministre Joseph Dion Ngute, qui font bonne figure, sont ouvertement opposés au sujet du statut du massif forestier d’Ebo. C’est un épisode qui pourrait déstabiliser le fragile équilibre politique qui existe au sein de l’appareil gouvernemental», soutient le journal fondé par le défunt Pius Njawé.

Pour le Pr Claude Abe, sociologue et enseignant à l'Université catholique d'Afrique centrale (UCAC), cet acte cache une lutte de pouvoir entre le gouvernement et le Secrétariat général de la présidence de la République. «On a un dédoublement de gouvernement qu’on connait au Cameroun. Il y a le secrétariat général de la présidence de la République qui est une sorte de gouvernement bis, et puis il y a le gouvernement qui est officiellement connu. Le premier gouvernement de l’ombre tient le gouvernement qui est le plus connu avec un Sgpr qui est une sorte de véritable Premier ministre dans les faits et dans la pratique… C’est carrément devenu une lutte de pouvoir qui est plus ou moins malsaine et qui met parfois le gouvernement en difficulté», analyse le Pr Claude Abe dans les colonnes du journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique