Cameroun - Décès de Germaine Ahidjo: La ville de Mokolo (Extrême-Nord) porte le deuil de l’ex-première dame

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Apr-2021 - 15h53   3533                      
3
Ville de Mokolo archives
Les populations de cet arrondissement du département du Mayo-Tsanaga ont rendu hommage à la veuve de l’ancien président Ahmadou Ahidjo.

L’ancienne première dame, Germaine Ahidjo, est décédée dans la nuit du 19 avril au 20 avril 2021 à Dakar au Sénégal des suites de maladie. A l’annonce de son décès, la ville de Mokolo (Extrême-Nord), où elle est née en 1932, a été plongée dans une atmosphère de tristesse.

«Au marché, dans les agences de voyage et autres lieux de regroupement, la disparition de Germaine Ahidjo à l’âge de 89 ans alimente toutes les conversations. La maman de la nation comme beaucoup l’appelait ici, était adulée. En dépit du temps relativement long passé loin de sa terre natale (plus d’une trentaine d’années), elle était restée dans les cœurs des populations», rapporte le trihebdomadaire L’Œil du Sahel édition du 21 avril 2021.

Pour Wandala Tite, conseiller régional UNDP, l’aura de la veuve du président Ahidjo «planait toujours sur Mokolo et certaines filles et fils en tiraient profit. Je l’ai connu quand j’étais tout petit. Je sais qu’elle a beaucoup contribué au développement du Mayo-Tsanaga. La construction du barrage de Mokolo qui alimente aujourd’hui le Mayo-Tsanaga et le Mayo-Sava est son œuvre», témoigne l’homme politique dans les colonnes du journal.

Joint au téléphone par notre confrère, le lamido de Mokolo, sa majesté Mohamadou Mourtala Yacouba, a également rendu hommage à l’ancienne première dame. «…Sa mort est une grande perte pour notre département qui est le Mayo-Tsanaga et même pour la nation. Donc nous avons appris cette nouvelle avec beaucoup de regret parce qu’elle a beaucoup fait pour notre département et pour notre pays…», a-t-il déclaré.

D’après le journal, grâce à Germaine Ahidjo, l’arrondissement de Mokolo et le département du Mayo-Tsanaga ont été développés. «L’une des réalisations à mettre à son compte, est la route bitumée qui mène dans le quartier Héliport-Mofolé où est située la résidence présidentielle», relate le journal.

«C’est après son inhumation que nous pouvons faire le deuil. C’est d’ailleurs pour cette raison que vous ne voyez pas les gens venir nous présenter les condoléances. Dans la tradition islamique, c’est quand le défunt est enterré qu’on fait son deuil», a confié Yerima Bello, le neveu de Germaine Ahidjo, rencontré dans la concession familiale, située non loin de la résidence présidentielle, par le reporter du journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique