Cameroun - Décès d’Idriss Déby: Maurice Kamto souhaite une transition «dans le respect de la Constitution»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Apr-2021 - 10h27   3140                      
9
Maurice Kamto archives
L’opposant camerounais pense que c’est le seul moyen d’éloigner le Tchad d’un cycle infernal de violence.

48 heures après l’annonce officielle par l’armée tchadienne du décès du Président Idriss Déby Itno, les hommes politiques de la planète continuent de réagir à cette disparition inattendue. Au Cameroun, l’opposant Maurice Kamto a publié, dans la nuit du 21 avril 2021, un communiqué à travers lequel il exprime sa tristesse.

«En cette triste circonstance j'adresse, en mon nom propre et celui du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), mes sincères condoléances au peuple frère du Tchad, dont l'amitié profonde avec le peuple Camerounais n'a jamais été démentie», écrit le candidat arrivé deuxième de la présidentielle de 2018.

«Je lui souhaite, poursuit-il, de trouver au fond de lui-même les ressources de pardon pour permettre à ses filles et ses fils de chercher, dans un dialogue inclusif apaisé, les voies et moyens d'organiser la succession du Président défunt dans le respect de la Constitution de leur pays. C'est le meilleur moyen d'éloigner durablement le spectre de la violence dont a tant souffert ce peuple courageux qui n'aspire qu'à la paix pour promouvoir son développement, et ainsi de préserver l'avenir de la jeunesse tchadienne qui, en tant que jeunesse africaine, est aussi la nôtre».

Maurice Kamto reprend donc le vœu émis par plusieurs puissances occidentales, dont la France et les Etats-Unis, d’une transition apaisée à la tête de l’Etat voisin du Cameroun.  

Pour l’heure, la situation reste très confuse. Immédiatement après la mort d’Idriss Déby, son fils Mahamat Idriss Déby, général d’armée, a pris la tête d’un conseil militaire. C’est cet organe qui devrait assurer la transition à la tête du pays pendant 18 mois. Une perspective contestée par l’opposition qui appelle au respect de la loi fondamentale. Celle-ci prévoit que c’est le vice-Président qui assure l’intérim en cas de vacance. Mais depuis 2018, ce poste n’a jamais été occupé.

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique