Cameroun – Insolite : Au Tribunal de première instance de Douala-Ndokoti (Littoral), des procès régulièrement renvoyés faute d’électricité

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Jun-2021 - 17h27   3686                      
2
Tribunal de Grande instance du Mfoundi (c) archives
L’une des salles d’audience de cette cour n’est pas alimentée à l’énergie électrique, et dès la nuit tombée, l’ensemble des affaires sont systématiquement renvoyées au grand dam des prévenus.

Dans un article publié ce lundi 14 juin 2021, le quotidien Mutations, révèle qu’au Tribunal de première instance (TPI) de Douala-Ndokoti, de nombreux procès ont souvent fait l’objet de renvois, en raison d’une panne d’électricité survenue naguère dans une des salles d’audience de cette cour, et qui n’a toujours pas été réparée.

Le journal rapporte les cas de deux prévenus, qui ne décolèrent plus face à cette situation, alors même qu’ils sont accusés dans des affaires pour lesquelles ils clament leur innocence. Ils déplorent l’opacité dans la gestion de leur affaire, et le laxisme des autorités à trouver des solutions à ce phénomène devenu désolant. « Comment va-t-on être jugés si les audiences sont régulièrement renvoyées faute d’éclairage dans la salle, dès la tombée de la nuit ? », vitupère l’un des prévenus dans le journal de Georges Alain Boyomo. Une fois la nuit tombée, les juges sont toujours contraints d’utiliser des torches pour procéder de manière expéditive aux renvois des affaires, apprend-on.

Au tribunal, on a pourtant bien conscience de la situation. « La panne diagnostiquée dans cette salle d’audience n’est pas qu’un problèmes d’ampoules. Elle est bien plus complexe et nécessite un diagnostic plus approfondi. Chaque fois qu’on change d’ampoules, elles arrêtent d’éclairer  au bout de deux nuits. C’est probablement un problème de circuit électrique », a confié une source du TPI contacté par Mutations.

Nos confrères indiquent que les atermoiements des procès liés à ce genre de situation participent en quelque sorte de la violation des droits humains, notamment des instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique