Cameroun - Promotion des Droits Humains dans la région de Extrême-Nord: Une rencontre pour renforcer la confiance entre les populations et les Forces de défense et de sécurité

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Apr-2021 - 11h46   685                      
0
Localité de Amchidé frontalière avec le Nigéria Archives
C’est une initiative du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) dans le cadre de la mise en œuvre de son projet «Facilité régionale de stabilisation».

La rencontre organisée le 12 avril 2021 à Maroua, dans la région de l’Extrême-Nord, a réuni les autorités administratives, les responsables des Forces de défense et de sécurité et les membres des organisations de la société civile.

Elle visait, selon les responsables du PNUD, initiateur de ladite rencontre, à identifier les membres des organisations nationales des droits de l’homme qui vont mener des enquêtes dans les localités de Mayo-Moskota, Amchidé, Limani, Waza, Blangoua, zones cibles du projet.

Selon les explications du Dr Ntongon Akiki Bénédicte, consultante nationale en droit de l’homme au PNUD, il s’agit de faire une analyse sur la situation des droits de l'homme dans la région de l'Extrême-Nord et principalement dans les 5 localités cibles du projet.

«Donc après avoir fait l'analyse des droits de l'homme, nous devons faire une analyse de la situation en termes de lacunes de formation. Par ce que là, nous allons organiser le renforcement des capacités sur les droits de l'homme en collaboration avec l'administration camerounaise qui est véritablement au-devant de la situation des droits de l'homme. Donc ils vont...énumérer les différents questionnaires qui devront apparaître pour faire cette analyse de situation de droit de l'homme», explique le Dr Ntongon Akiki Bénédicte dont les propos sont relayés dans les colonnes du journal L’Œil du Sahel édition du mercredi 14 avril 2021.

Elle ajoute que c’est un processus qui va instaurer un regain de confiance entre les Forces de défense et de sécurité et les populations. «Parce que nous savons qu'avec les exactions, nous constatons que sur le terrain la population a perdu un peu confiance en ces forces. Pour nous l'idée en accompagnant l'État du Cameroun est que cette confiance puisse renaître et qu'il y ait harmonie», soutient la consultante en droit de l’homme au PNUD.

Un souhait partagé par les participants à cette rencontre sur le renforcement du mécanisme des droits de l’homme. Ils sont «tous unanimes que le respect des droits humains va permettre d’instaurer un climat de paix et d’harmonie entre les communautés et les Forces de défense et de sécurité», affirme le journal.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique