Côte d'Ivoire: Mise en service des premiers minibus de fabrication locale

Par AA / Abidjan / Fulbert Yao | AA
ABIDJAN - 27-Jan-2023 - 03h56   9592                      
18
Minibus Made in Cote d'Ivoire GOUV.CI
Dans le cadre d'une stratégie de renouvellement et de rénovation du parc automobile.

La Côte d’Ivoire a mis en service ce jeudi, ses premiers minibus montés entièrement par le constructeur "SOTRA Industries".

Au nombre de 40 et pouvant transporter 18 à 26 personnes, ces minibus sont les tout premiers d’une production de 500 véhicules prévus, il y a un an et dont la production avait été freinée par la crise en Ukraine.

Pour la phase pilote, le ministre ivoirien des Transports Amadou Koné a procédé à leur remise à des Entreprises de transport urbain basées dans les communes de Yopougon (nord d’Abidjan) et Abobo (nord d’Abidjan), en vue de faciliter et d’améliorer la mobilité urbaine dans le grand Abidjan.

Aux bénéficiaires et aux acteurs du monde des transports, Amadou Koné a rappelé l’enjeu de cette opération de renouvellement du parc automobile en relation avec la stratégie nationale de sécurité routière.

Minibus Made in Cote d'Ivoire (c) GOUV.CI

Le parc automobile ivoirien est estimé à environ 1,2 millions véhicules en 2022, selon les chiffres officiels du ministère des Transports.

En 2018, le parc automobile ivoirien était le plus vieux de l’espace CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest), avec un âge moyen de 22 ans, et un marché de l’automobile neuf n’excédant pas 8 000 unités l’an de 1985 à 2018 ; mais grâce aux réformes entreprises depuis 2018, il a enregistré un accroissement des ventes de véhicules neufs de 20 % l’an pour atteindre 26 % en 2020 en pleine pandémie COVID et 56 % de croissance de mise en circulation de véhicules neufs en 2022, selon la direction générale de la douane.

A en croire le ministre des Transports Amadou Koné, le renouvellement du parc automobile vise "à équiper le secteur du transport routier en véhicules neufs contribuant ainsi à la lutte contre la pollution de l'air et à l’insécurité routière, à l’assainissement et à la professionnalisation du secteur, à l’amélioration de la rentabilité de l’activité de transport et à la création de richesse".

Dans ses perspectives de 2023, le ministre a entamé l’introduction du système de transport intelligent, par la mise en œuvre de la vidéo verbalisation ; le permis à point ; la création de la base de données unique du ministère des Transports, la nouvelle immatriculation des véhicules automobiles.

 

AA / Abidjan / Fulbert Yao





Dans la même Rubrique