412 Etablissements de miro finance autorisés à fonctionner au Cameroun

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Jul-2018 - 12h15   2279                      
0
Guichet de Microfinance Archives
A travers un communiqué du 6 juillet dernier, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a dévoilé la liste des établissements de microfinance (Emf) autorisés à exercer au Cameroun.

Celle-ci est répartie en deux catégories. A savoir, les Emf indépendants et ceux évoluant en réseau. En ce qui concerne la catégorie des Emf indépendants, rapporte Cameroon Tribune du mardi 10 juillet 2018, elle est constituée de 117 de première catégorie, 47 de deuxième catégorie et trois de troisième catégorie.

Quant aux Emf en réseau, apprend-on, «on y retrouve 169 du réseau Camccul, sept du réseau Reccucam, neuf du réseau UCCGN, 27 du réseau A3C, neuf du réseau North west farmers organisations credit house (Nowefoch), 18 du Réseau Binum tontine et six du réseau Mucadec 6». Soit 412 Emf au total. Le même nombre que l’année dernière, contre 418 seulement en 2016 et 500 en 2015.

Au ministère des Finances, l’on indique que cette publication est une interpellation des acteurs du secteur à prendre connaissance du nouveau dispositif réglementaire, dont l’objectif majeur est un meilleur encadrement, afin de garantir une stabilité du secteur.

Le chef de division de la microfinance du Minfi, Ahmadou Bouba, indique dans les colonnes de Cameroon Tribune qu’«il s’agit non seulement de porter à leur connaissance l’existence d’un nouveau dispositif adapté et rénové, mais aussi et surtout, cela s’inscrit dans le cadre d’une sensibilisation globale des promoteurs et dirigeants d’Emf sur le nouveau dispositif qui tient compte des évolutions du secteur».

Ce nouveau cadre présente d’ailleurs plus d’un atout pour les opérateurs de microfinance.  Il permettra d’arrimer les Emf camerounais aux standards internationaux, afin de leur faire profiter des opportunités qui s’offrent à eux. Le nouveau dispositif réglementaire contribue par exemple à une nouvelle stabilité et vient palier tous les dysfonctionnements constatés par le passé et qui ont conduit à des crises.

Cette configuration nouvelle crée un système de solidarité entre les Emf, notamment ceux de première catégorie qui désormais évoluent en réseau depuis le 1er juillet 2018. L’objectif est d’assainir le secteur de la microfinance qui contribue à  hauteur de 10% au financement de l’économie nationale. Mais, celui-ci connait certains dysfonctionnements qui concourent à le rendre peu fiable et peu serein.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique