Afrique - Commerce: L’Union Africaine lance la Zone de libre-échange continentale, le plus grand marché au monde

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jul-2019 - 16h32   4439                      
16
Photo de famille Sommet de l'UA archives
Le lancement historique de ce puissant outil d’intégration a eu lieu le lors du dernier Sommet de l’Union Africaine tenu les 7 et 8 juillet 2019 à Niamey (Niger).

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine (UA), réunis les 7 et 8 juillet 2019 à Niamey au Niger dans le cadre de leur 12ème Conférence extraordinaire, ont procédé au lancement officiel de la première phase de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF).

L’accord y relatif a déjà été ratifié par 27 des 55 Etats de l’union. Le Cameroun fait partie des pays qui traînent encore le pas. Mais le parlement de notre pays a déjà adopté le texte y relatif qui n’attend plus que la ratification du Président de la République.

La ZLECAF, représente en effet un marché commun continental d’environ 1,2 milliard de personnes avec un produit intérieur brut (PIB) estimé à plus d’un million deux cent mille milliards de FCFA. Selon les projections, l’Afrique aura 2,5 milliards de personnes en 2050, soit plus de 25% de population mondiale en âge de travailler.

Le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina, a salué l’entrée en vigueur de la ZLECAF, la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMS), a-t-il souligné.

Après ce tournant historique, les pays du continent vont progressivement, dans un délai de 5 à 10 ans, éliminer les droits de douane sur un ensemble de produits dit non sensibles.

«La zone de libre-échange permettra de booster la compétitivité des économies africaines et cela permettra de créer davantage plus de richesses et plus d’emplois», analyse l’économiste camerounais Ariel Nyetedem.

Mais pour réellement en profiter, explique-t-il, «les africains doivent créer une monnaie unique pour qu’il n’y ait pas de taux de change entre pays du continent».

Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, au terme des travaux de Niamey, a affirmé: «Aujourd’hui, nous avons un point de départ dans l’agenda 2063. Nous avons 55 Etats soit 55 marchés fragmentés avec 84 000 km de frontières qui nous séparent. Cela constitue un obstacle au commerce et aux échanges pour les différents pays. Le niveau de commerce interafricain est de 15%, alors qu’il est de 70% en Europe, 75% en Asie et 20% en Amérique Latine. C’est pourquoi, nous avons décidé de sortir en brisant les barrières tarifaires et non tarifaires».

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique