Cameroun – Changement climatique : La société civile s’insurge contre la politique du « Net zéro »  consolidée à la Cop26

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 06-Nov-2021 - 10h25   4189                      
1
Des membres de l'ONG Africa Center For Advocay Yannick Kenne
L’organisation Africa Center For Advocay » fait partie des 130 organisations de la société civile africaine signataires de la déclaration conjointe portée par 725 groupes de près de 100 pays, qui exigent des actions réelles en faveur de la justice climatique en Afrique. Elle exhorte à l’image des associations consœurs, les gouvernements africains à s’insurger contre la politique du « Net zéro » qu’ils considèrent comme une escroquerie.

En marge de la tenue de la  26e Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (Cop26), qui se tient depuis le lundi 1er novembre 2021 à Glasgow en Ecosse, l’organisation camerounaise « Africa Center For Advocay », a donné une conférence de presse ce samedi 5 novembre 2021 à Yaoundé, pour réaffirmer avec emphase le sens plaidoyer qu’elle mène aux côtés des autres organisations africaines et mondiales pour s’insurger contre politique du « Net Zéro ».  

Cette organisation de la société civile camerounaise dirigée par Younoussa Abbosouka fait en effet partie des 130 organisations de la société civile se sont associées à plus de 725 autres organisations mondiales issues de près de 100 pays, pour exiger que des actions réelles soient posées dans le but de promouvoir des solutions climatiques qui renforceront la résilience des communautés africaines, en vue de démontrer leur engagement pour la juste part du continent dans l’action mondiale contre le changement climatique.

La société civile africaine appelle par ailleurs les gouvernements et les principales institutions internationales à mettre fin à la dépendance aux promesses du « Net Zéro » et à s’engager dans des actions spécifiques, ambitieuses et immédiates pour ramener les émissions et la production de combustibles fossiles à « zéro réel », conformément à la science et à l’équité. Elle a formulé une flopée de recommandations aux dirigeants africains qui prennent part à la Cop26, afin qu’ils plaident pour que l’Afrique tire le meilleur parti de cette rencontre de Glasgow.

Il s’agit notamment de : remettre en question et rejeter les promesses faites par les entreprises et les gouvernements polluants d’atteindre le « zéro net », qui sont utilisées pour transférer des charges supplémentaires sur la région africaine et éviter la responsabilité de leur rôle dans la part mondiale des émissions à ce jour ; s’engager à atteindre de véritables réductions d’émissions zéro, en adoptant le concept d’équité (chaque pays fait sa juste part) ; rejeter les tentatives menées par l’industrie pour faire adopter des règles consacrant les mécanismes de marché au centre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, via les lignes directrices des articles 6.2 et 6.4 de l’Accord de Paris ; les gouvernements de la région doivent proposer de véritables plans de lutte contre le changement climatique (adaptation et atténuation) et en tenir compte dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) ; obtenir des résultats concrets faisant avancer les politiques pour mettre en œuvre de vraies solutions via l’article 6.8 de l’Accord de Paris ; faire valoir un argument solide pour engager les pays industrialisés et riches à fournir un financement climatique adéquat pour la mise en œuvre de leurs plans d’adaptation et d’atténuation ; veiller à ce que les contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays africains soient indépendantes des fausses solutions et des influences des entreprises, mais qu’elles s’adaptent plutôt à des solutions climatiques réalisables et locales en matière d’atténuation et d’adaptation.

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique