Cameroun - Différend: Le groupe PICCINI s’oppose (à nouveau) à la vente aux enchères de son matériel disposé sur le chantier du Stade d’Olembe

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Nov-2020 - 12h31   4880                      
0
Narcisse Mouelle Kombi au Complexe sportif d'Olembe le 14 octobre 2019 MINSEP
L’entreprise italienne juge l’opération illégale et a saisi les autorités aux fins de la faire annuler.

En février 2020, le Gruppo Piccini avait déjà réussi à bloquer une opération de vente de son matériel, déployé sur le site du chantier de construction du Complexe sportif Paul Biya d’Olembe, situé à la sortie Nord de Yaoundé.

Une nouvelle vente aux enchères est programmée pour le 25 novembre 2020, par le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières (MINDCAF).

Cette opération est une fois de plus contestée par l’entreprise italienne. Dans un communiqué publié ce 24 novembre, PICCINI «porte à la connaissance du public national et international que la vente aux enchères publiques de ses conteneurs présents sur le site de construction du Complexe Sportif d’Olembe à Yaoundé, organisée par le MINDCAF, est illégale».

La société précise qu’elle a déjà saisi les autorités dans le but de faire annuler cette opération, et entrevoit des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables de ladite vente aux enchères.

 

 

 Pour bien comprendre ce dossier, il faut savoir que c’est PICCINI qui avait été désigné par le gouvernement camerounais pour la construction du complexe d’Olembe, qui abrite un stade de 60 000 places. Les travaux d’un montant initial de 163 milliards de FCFA, avaient démarré en juillet 2017 dans la perspective de l’organisation par le Cameroun de la CAN 2019.

Malheureusement, les délais de livraison n’ont jamais été respectés. Face aux nombreux retards, à l’origine notamment du retrait de la CAN 2019, le gouvernement a décidé en novembre 2019, de retirer le marché à l’entreprise italienne et de le confier au constructeur canadien MAGIL.

Depuis, c’est un bras de fer qui s’observe entre les autorités camerounaises et les responsables de PICCINI. Les forces de l’ordre avaient dû intervenir pour contraindre les hommes de l’ex-constructeur à quitter le stade.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique