Cameroun - Pénurie du poulet/Rétropédalage: Le gouvernement va importer des poussins d'un jour et des œufs à couver du Brésil

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Apr-2021 - 10h28   3851                      
9
Poussins d'un jour Archives
L'information a été donnée par le ministre en charge de l’Élevage, le Dr Taïga.

Après avoir pris la décision en novembre dernier de fermer son marché d’importation des poussins d’un jour et des œufs à couver, le gouvernement camerounais fait un rétropédalage. Le 22 mars 2021, le ministre en charge de l’Elevage, Dr Taïga, a donné son accord à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun pour l’importation des produits aviaires.

«Dans le cadre du développement de la filière avicole camerounaise et de la diversification des fournisseurs d’intrants, j’ai l’honneur d’accepter l’importation de produits et sous-produits aviaires du Brésil, dans le respect des exigences sanitaires et zoo sanitaires du Cameroun et du Brésil, selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)», peut-on lire dans la correspondance du ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales.

Face à ce rétropédalage du gouvernement, Jean Jacques Ze, le présentateur vedette de la chaine de télévision Vision4 déclare au cours de l’analyse d’après revue de presse de ce 7 avril 2021 que: «ici au Cameroun, on a encore des élevages de circonstance. On n’a pas développé des structures qui sont localisables, qui sont reconnues, qui sont une identité en matière de production de poussins. Parce qu’il n’y a aucun élevage possible si vous n’avez pas de poussins d’un jour, si vous n’avez pas les œufs qui vont donner ces poussins-là. Ce serait un élevage qui n’a pas de base. Ce n’est même pas de l’élevage. C’est de l’aventure qui peut donner l’illusion de la disponibilité de tel ou tel autre produit».

Le directeur de Vision4 rejette l’excuse de la pandémie du coronavirus pour expliquer cette pénurie. «Aujourd’hui on dit que c’est parce qu’il y a la crise sanitaire. Oui, il y a peut-être l’impact de la crise sanitaire, il y a eu l’impact de la crise aviaire. Mais, les pays qui nous ravitaillent aujourd’hui n’ont-ils pas été frappés par la même crise sanitaire? Le Brésil ne vit-il pas également le passage dévastateur du coronavirus ? Parce que eux, ils ont tout simplement eu une politique un peu plus pérenne de production des poussins et autres», a-t-il déclaré.

«Les réponses qu’on viendra avec aujourd’hui en important les poussins du Brésil et consorts, seront des réponses face à une crise, à une situation de crise. Après la crise qu’est-ce qu’on projette ?», s’interroge-t-il.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique