Cameroun - Pipeline Tchad/Cameroun: L’Exploitation a généré 30 milliards de recettes en 2018

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2019 - 19h02   1609                      
6
Pipeline Tchad-Cameroun Archives
L’information a été publiée dans la 50e édition de La lettre du Comité de pilotage et de suivi des pipelines (CPSP).

30 milliards de FCFA, c’est la somme collectée au titre du droit de transit des 40,5 millions de baril de pétrole brut enlevés au terminal Kome-Kribi 1, en provenance du Tchad en 2018.

Selon le quotidien bilingue national, Cameroon Tribune qui rapporte cette information dans son édition en kiosque ce 22 mars 2019, ces chiffres sont en hausse «par rapport à l’année 2017, ou ce sont 35,80 millions de barils de pétrole brut qui avaient été enlevés pour une enveloppe de 27 milliards de FCFA au profit du Cameroun».

Les données sont contenues dans la 50e édition de  «La lettre du CPSP», le bulletin d’information du Comité de pilotage et de suivi des pipelines. Le CPSP est présidé par Aldolphe Moudiki, par ailleurs administrateur directeur général de la Société nationale des hydrocarbures.

D’après l’ADG de la SNH, «le 30 septembre 2018, le taux du droit de transit est passe de 1,30 dollar (745,94 F) a 1,32106 (758,02 F) par baril. Ceci, conformément à l’avenant numéro 2 de la convention d’établissement de la Cameroon Oil Transportation Compagny. Ce taux sera appliqué jusqu’au 30 septembre 2023», précise Adolphe Moudiki.

Le partage de l’expérience du Cameroun en matière de gestion des pipelines avec des pays comme l’Ouganda et la Tanzanie est également abordé dans ce bulletin bilingue d’informations sur l’organe de liaison des administrations camerounaises impliquées dans les travaux de construction, d’exploitation et d’entretien des pipelines.

«L’on apprend aussi que le CPSP a poursuivi la sensibilisation des autorités locales et des populations sur les risques liés à l’exploitation du gazoduc de Bipaga-Mpolongwe qui alimente la centrale de Kribi. Les spécialistes ont insisté sur les dangers du feu à proximité des installations par exemple. La lettre du CPSP fait également mention des missions de contrôle des systèmes de transmissions qui ont été menées en collaboration avec le ministère de la Défense», précise le journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique