Cameroun - Port Autonome de Kribi: Le groupement à capitaux camerounais, KPMO, quitte la gestion du terminal polyvalent le 30 juin 2020

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-May-2020 - 09h48   2810                      
1
Accostage du navire "Bianca" - Kribi, 2 mars 2018 PAK
Le consortium sera remplacé par le philippin ICTSI.

Le groupement camerounais, KPMO, (composé de 9 sociétés de la place portuaire dont APM, TRANSIMEX ET SAPEM) chargé de la gestion du terminal polyvalent du Port Autonome de Kribi (PAK) depuis juillet 2018, devra quitter le navire dans un peu plus d’un mois, soit le 30 juin 2020.

«L'appel d’offres international restreint pour la concession des activités de développement, d'exploitation et de maintenance du terminal polyvalent, lancé le 17 janvier 2019 par Patrice Melom, directeur général du Port Autonome de Kribi est clair. Depuis le 14 juin 2019, le nom de l'entreprise retenue pour la succession de Kribi Port Multiple Operators, KPMO, est connu. Il s'agit du groupe philippin ICTSI», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Le Messager, édition du 11 mai 2020.

Selon le journal, le groupement camerounais n’a pas eu droit au sursis. Une source du journal indique que «l'appel d'offres international restreint lancé par le directeur général du Port de Kribi, Patrice Melom, excluait déjà KPMO de la course, malgré le fait qu’il ait géré en régie le terminal avec succès».

Le document avait effectivement arrêté les cinq groupements qui devaient soumissionner à l'appel d'offres. «L'on évoque également la volonté de ramener le philippin au Port de Kribi. Car en 2008, ICTSI perdait l'appel d'offres international portant sur «le financement, la construction et l'exploitation du Port en eau profonde de Kribi» au profit du consortium BOLLORE/CMACGM/CHEC après une intervention de la Présidence de la République», lit-on.

Si le départ de KPMO est vu comme «l’échec d'un lobby», le personnel  sur place salue ce départ. «KPMO ne devait pas gérer ce terminal. Ils ont été incompétents à tous les niveaux», soutient  un docker présenté sous le nom de Beauregard B.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique