Cameroun – Convocation : Le directeur de « Cities Radio » convoqué par le CNC pour répondre de propos tribalistes tenus sur son antenne par Aline Zomo Bem

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Apr-2022 - 12h03   15809                      
48
Cities Radio Facebook
Le responsable est attendu au siège de l’organe en charge de la régulation du secteur de la communication en compagnie du présentateur de l’émission querellée le 13 Avril 2022.

 Cities Radio une antenne émettant sur les 99.3 FM à Yaoundé est au Tribunal du Conseil National de la Communication (CNC). L’organe en charge de la régulation du secteur de la communication a convoqué son directeur de publication et le présentateur du programme « le parlement des auditeurs » diffusé le 1er Avril de 10 heures à  12 heures.  Les deux doivent  se présenter au siège du Conseil national de la Communication le 13 Avril à 11 heures. Le directeur de publication de « Cities Radio »  dont le nom n’apparait pas dans la lettre  devra « présenter au Conseil un mémoire en défense écrit » et son titre d’exploitation délivré par les pouvoirs publics.    

Le président  du CNC Joe Chebonkeng qui signe la convocation dit s’être appuyé  sur les rapports de veille médiatique de ses services.  Lazare Zambo  et son patron doivent répondre de propos tribalistes et obscènes tenus dans cette émission par l’humoriste et écrivaine d’origine camerounaise Aline Zomo Bem. Ceux-ci, retranscrits  et plaqués dans la correspondance servie au dirigeant de « Cities Radio »  visent  des ressortissants de la région de l’Ouest. Le CNC affirme qu’ils ont été  « tenus sans aucun recadrage du présentateur du programme en cause».

Le patron de l’instance rappelle l’article 8 (3) de la loi n° 2015/007 du 20 Avril 2015 qui stipule que « le contenu des programmes  ne doit en aucun cas inciter à la haine, à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une tribu »  ainsi que l’article 5 de cette loi qui  précise que « les activités audiovisuelles  doivent respecter les principes fondamentaux, notamment les bonnes mœurs ».   

Joe Chebonkeng cite le décret du premier ministre datant de 1992 qui dit que « le journaliste doit éviter toute diffusion d’informations offensantes »

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique