Cameroun – Coronavirus : Paul Biya fixe à 30 000 FCFA les frais exigibles pour un test de dépistage PCR

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Apr-2022 - 09h34   10080                      
6
Une femme est testée le 15 avril 2020 à Abuja afin de déteminer si elle est porteuse du coronavirus AFP/Kola Sulaimon
Le Chef de l’Etat met ainsi fin à la gratuité de cet examen, en raison de contraintes budgétaires, apprend-on dans une correspondance adressée par le secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, au secrétaire général des services du premier ministre, Séraphin Magloire Fouda.

Au Cameroun, le test de dépistage PCR réalisé dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Coronavirus n’est plus gratuit. Il coûte désormais 30 000 FCFA, ainsi en a décidé le Président de la République Paul Biya. C’est du moins ce que renseigne une correspondance adressée le 6 avril 2022 par le Secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, au secrétaire général des services du premier ministre, Seraphin Magloire Fouda.

« Au regard de la persistance de la pandémie du Covid-19 et des contraintes budgétaires qui en découlent, j’ai l’honneur de vous répercuter les très hautes instructions de monsieur le Président de la République, prescrivant que les tests de dépistage PCR contre le Covid-19 soient désormais payants, au taux forfaitaire de trente mille (30.000) FCFA », lit-on dans cette lettre.

A cet effet, un mécanisme sécurisé de paiement des frais découlant de ces tests PCR sera institué en concertation avec le ministère des Finances et le ministère de la Santé Publique, « en vue d’assurer la traçabilité des ressources générées par cette mesure », ajoute Ferdinand Ngoh Ngoh.

Il importe de préciser que ce test PCR est celui qui est exigé en priorité aux personnes désirant voyager à l’étranger, ou à celles qui arrivent au Cameroun. Les ressources générées vont donc permettre de renflouer les caisses de l’Etat, alors que le gouvernement fait face à une inflation presque généralisée, qui appelle à un éventuel réajustement du budget de l’Etat.

Au demeurant, il n’est pas superflu de relever des sons dissonants dans les discours des autorités concernant la gestion de cette épidémie. Il y a quelques jours, le ministre de la santé, Malachie Manaouda, de passage à l’Assemblée nationale, a laissé entendre qu’au cours de la dernière semaine, aucun malade de Covid-19 n’avait été enregistré dans les hôpitaux camerounais à travers le territoire national. Donnant ainsi à croire que le Cameroun était en passe de vaincre le combat contre cette pandémie. Et pourtant, le SGPR se veut très alarmiste sur la situation épidémiologique du pays en affirmant dans sa lettre que la maladie persiste.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique