Cameroun - Désaccord: Des enfants du défunt homme d’affaires Pascal Monkam se retrouvent au Tribunal ce 22 Septembre 2022

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Sep-2022 - 08h47   9633                      
0
Pascal Monkam, PDG des Hôtels La Falaise Capture d'écran
Le Tribunal de Première Instance de Yaoundé-Centre Administratif doit se prononcer sur la requête d’Alain Christian Monkam Nganou qui demande la nomination d’un administrateur séquestre ou un collège d’administrateurs à la tête de l’hôtel La Falaise de Yaoundé.

Des enfants de Pascal Monkam de nouveau au Tribunal. Opposés au sujet du mécanisme de gestion des ressources laissées par leur père, ils se retrouvent  au Tribunal Première  Instance de Yaoundé-Centre administratif ce 22 Septembre 2022.  Le juge doit se prononcer sur l’affaire qui oppose  Alain Christian Monkam Nganou à sa soeur Marlène Sandra Monkam Leukam. Le premier avait saisi l’institution judiciaire de la capitale le 21 Avril 2022 pour obtenir  la nomination d’un administrateur séquestre ou un collège d’administrateurs séquestre à la tête du bien familial qu’est l’hôtel La Falaise de Yaoundé. Au terme de la dernière audience, le procureur de la République  avait requis le séquestre des revenus générés par l’hôtel La Falaise de Yaoundé.

 Cette action de Monkam Nganou survenait après celle de Douala où le Tribunal de Première Instance lui avait donné raison. Il avait obtenu  le séquestre des hôtels la Falaise de Douala avant que 11 des 23 membres de sa famille concernés  interjettent appel devant la Cour d'appel du Littoral.

Suite au décès de Pascal Monkam le 27 Février 2021, l’avocat de profession, craignant que chacun des dirigeants de ses entreprises s’approprie le chiffre d’affaires de l’établissement qu’il était chargé de gérer, l’avocat inscrit au Barreau de Paris avait adressé au début du mois de Mars 2021 au président du Tribunal de Première Instance juge des requêtes de Douala-Bonanjo une «requête aux fins d’être autorisé à assigner à bref délai aux fins de désignation d’un administrateur séquestre des biens de feu Monkam Pascal». Alain Monkam faisait savoir que «de son vivant, Monsieur Pascal MONKAM gérait Iui-même ses affaires. II récupérait ou faisait récupérer Ie chiffre d'affaires de chacun de ses établissements ».

Les biens mis sous séquestre étaient des loyers détenus par les locataires de l’immeuble Ecobank sis à Bonanjo, tous les revenus et actions de feu Monkam Pascal détenus dans les hôtels la Falaise de Bonanjo, Résidence La Falaise d’Akwa, la Falaise Diamond de Bonanjo, les appartements meublés sis à Bonapriso mitoyens à la Pharmacie De Gaulle, hôtel La Falaise de Bonapriso, les ristournes et toutes les dividendes des concessions et des contrats de distribution avec les Brasseries du Cameroun signés par le défunt, soit à titre personnel soit sous le label de la Société des Etablissements Monkam (SEM), et quel qu’en soit l’agence des Brasseries assignataire au contrat, de toutes les devises en monnaie étrangère, tous les comptes bancaires personnels et coffres forts appartenant à feu Monkam Pascal et la société où il était actionnaire, tous titres, loyers, avoirs et actions du défunt et tous autres revenus générés par ses biens meubles ou immeubles situés dans le ressort du Tribunal de première instance de Bonanjo. Tous ce biens étaient répertoriés à Douala. Manquaient sur la liste à l’époque les hôtels La Falaise de Yaoundé, de Bafang, et le patrimoine immobilier d’Afrique du Sud

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique