Cameroun – Energie électrique: Yaoundé vit au rythme des délestages !

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Mar-2023 - 11h54   5610                      
18
Yaoundé dans le noir Didier C.K
  De nombreux quartiers de la capitale camerounaise passent des heures, voire des journées et des nuits dans le noir. Cette situation prend de l’ampleur au fil du mois de mars en cours.

Obobogo, Borne 10, Messamendongo, Ekounou, voilà quelques quartiers victimes de coupures intempestives d’électricité depuis plusieurs jours à Yaoundé. « Avant-hier sans lumière, hier encore. C’en est de trop ! » s’exclame un habitant du quartier Obobogo situé dans l’arrondissement de Yaoundé III. Ce dernier est en effet tenancier d’un débit de boissons et le 8 mars dernier, lors de la Journée Internationale des droits des femmes, la recette n’a pas été au rendez-vous. « Ce n’est que vers 20h que la lumière a été rétablie. Et à cette heure-là, la majorité de mes clientes étaient déjà rentrées », fustige-t-il.

La situation n’est pas meilleure dans les ménages. « Les enfants ont de la peine à faire leurs révisions, les denrées alimentaires deviennent avariées. Quelles pertes ! » s’indigne une ménagère, avant d’ajouter « avec la vie chère de nos jours comment est-ce qu'on va s’en sortir ? »

Dans les centres de santé, c’est la désolation. Les infirmiers qui doivent administrer les traitements aux patients, ne peuvent pas le faire aux heures prescrites par le médecin. « Je ne peux pas injecter le patient dans le noir ou à l’aide d’une lampe-torche. C’est risqué ! » déclare une infirmière en service dans un centre au quartier Ekounou à Yaoundé IV.

Cette situation pourrait encore durer quelques semaines. Car dans un communiqué publié le 25 janvier dernier, la société ENEO, en charge de la production et de la distribution de l’électricité, annonçait le retour des délestages dans 7 régions parmi lesquelles, la région du Centre. Pour ENEO, la réhabilitation est prévue pour fin mars 2023. La compagnie explique ce phénomène de délestages par la baisse de l’hydrologie dans le fleuve Ntem.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique