Cameroun – Extrême-Nord: Quatre morts dans une attaque contre un poste de contrôle à Mora

Par Peter KUM | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-May-2023 - 08h37   8301                      
2
Des forces camerounaises patrouillent près de Mosogo, dans l'Extrême-Nord, où Boko Haram multiplie les raids, le 21 m AFP/Archives/Reinnier KAZE
L’attaque n’a pas été revendiqué mais les autorités de l’Extrême-Nord estiment que les assaillants seraient des combattants du groupe terroriste Boko Haram.

Dans la nuit de lundi à mardi 30 mai 2023, « des individus lourdement armés et non-identifiés » ont attaqué le poste de contrôle mixte à l’entrée de la ville de Mora, nous a rapporté le préfet du département du Mayo Sava, Ngbwa Ludovic Etienne.

D’après cette autorité, le bilan de cette attaque fait état de quatre morts dont deux éléments de la douane, un policier et un civil. Deux armes ont été aussi emporté par les assaillants selon la compagnie de gendarmerie du Mayo Sava qui par ailleurs estime que l’attaque porte les empreintes du groupe terroriste Boko Haram.

Cette nouvelle attaque meurtrière intervient après une période d’accalmie observée dans l’Extrême-Nord. Dans son rapport mondial 2023, l’Organisation Non-Gouvernementale (ONG) Human Rights Watch (HRW), a relevé que « les groupes armés islamistes Boko Haram et Province de l’État islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont continué à perpétrer des attaques dans la région de l’Extrême-Nord de janvier à avril 2022, tuant des dizaines de civils et contribuant au déplacement interne de plus de 378 000 personnes en juillet 2022.

L’ONG Amnesty International a aussi estimé dans son rapport mondial 2023 que « des groupes armés ont continué de lancer des attaques meurtrières contre des villages, tuant et enlevant des dizaines de civil·e·s. L’hôpital de Mada (département du Logone et Chari) a dû fermer ses portes pendant plusieurs mois après une attaque perpétrée le 2 juillet, qui a fait deux morts. Cette fermeture a empêché des milliers de personnes de bénéficier de services médicaux ».

Dans un rapport similaire publié sur son site le 6 juin 2022, l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé a relevé que des groupes armés ont continué de tuer des civils, notamment des membres des comités de vigilance, qui sont des groupes organisés d’habitants qui coopèrent avec les forces gouvernementales dans l’Extrême-Nord.

« Fin juillet 2020, l’Etat Islamique a mené deux attentats contre l’armée dans le département du Logone-et-Chari. Le premier s’est passé le 24 juillet dans la localité de Sagme, dans l’arrondissement de Fotokol. Selon plusieurs sources, huit soldats ont été tués et treize autres blessés au cours de l’attentat », a relevé cette chancellerie.

Auteur:
Peter KUM
 @mafanypet
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique