Cameroun: Jean Claude Ottou, l’ex DGA de MTN, dément avoir été lynché à mort après un acte de viol

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-May-2023 - 20h28   14653                      
13
Jean Claude Ottou A.A
La fausse annonce de son décès a été précédée d’une nouvelle accusation de viol.

Qui veut la peau du célèbre Jean Claude Ottou ? Une histoire apparue le 14 mai 2023 sur Facebook fait croire que Jean Claude Ottou a été lynché à mort après avoir violé un enfant de treize ans.

« Je m'empresse d'apporter le plus ferme démenti à cette information calomnieuse dénuée de tout fondement » peut-on lire dans un communiqué publié ce lundi 15 mai 2023 par l'ancien Directeur général adjoint de la filiale camerounaise de la compagnie sud- africaine de téléphonie mobile MTN.

« La publication sur ma mort inventée et sur les causes de ladite mort révèle une véritable intention de salir mon honneur et celui des membres de ma famille. Je considère cette opération comme un acte de cybercriminalité. Aussi vais-je engager des poursuites judiciaires contre le ou les auteurs de ladite opération, à l'effet de rétablir ma dignité ainsi gravement atteinte » a prévenu celui qui a été membre du Conseil National de la Communication du Cameroun de 2013 à 2021.

Cette publication de la fausse rumeur de la mort de Jean Claude Ottou a fait réapparaitre sur les réseaux sociaux, un article à charge publié en aout 2012 par le journal AURORE PLUS contre l'ex correspondant de TV5 Afrique au Cameroun accusé dans une affaire de mœurs .


« Une affaire DSK sous les tropiques. L'ancien DGA de MTN pris en flagrant délit de sodomisation », avait titré le journal AURORE PLUS. Dans ce cas également, Jean Claude Ottou avait clamé son innocence dans un article publié publiquement aux confrères.

« Cet article bidon qui, de bout en bout, ne s'appuie sur des faits ni réels ni fondés. Ai-je perpétré l'acte répréhensible que le journal m'impute ? Non, mille fois non. Et je réfute sans équivoque tout le contenu de cet article sordide. L'auteur des faits relatifs situe le lieu de mon supposé forfait dans un établissement dont je n'avais même jamais entendu parler avant la lecture de l'article mensonger. N'en ayant jamais entendu parler, je ne pouvais donc logiquement y avoir mis les pieds. Et je puis affirmer ne m'être jamais rendu dans le quartier de Bonamoussadi depuis que j'ai quitté Douala en 2005… La méthode à quatre sous consistant à secouer de façon récurrente des clignotants rouges au-dessus de ma dignité dans le but d' instiller dans l'esprit des gens l'impression suivante : pourquoi toujours ces histoires salaces sur Jean Claude Ottou ? Il doit bien y avoir quelque chose en dessous. Il n'y a pas de fumée sans feu. L'addition de ces perfusions toxiques de la part de ce journal n'ébranlera jamais une vérité : je ne suis en rien concerné par tous ces scénarios puants qu'il faut écrire autour de l'histoire de ma vie. Et du coup, je ne puis m'empêcher de poser à AURORE PLUS une question : comme dans la mafia, leur aurait-on attribué un contrat sur ma personne ? Ce journal sans foi ni loi, semble en effet fonctionner comme un tueur à gages, téléguidé par de lâches fripouilles tapies dans l'ombre, chargé d'exécuter des citoyens à l'aide de plumes ordurières et obscènes. Si tel est le cas, alors ces gens d'AURORE PLUS ne sont pas au bout de leurs peines, car je puis leur garantir qu'ils videront à perte toutes les munitions de leurs chargeurs, car jamais ils ne me feront tomber. Cuits et recuits dans leurs bas desseins, ils trouveront toujours debout Jean Claude Ottou tel qu'en lui-même : un homme qui a bâti toute sa vie sur des valeurs vissées à la compétence, le talent, l'honneur, le travail, l 'honnêteté, l'éthique, le refus de toute compromission. Qu'ils ouvrent bien leurs oreilles : j'en suis fier. Fier de ce que j'ai été, de ce que je suis, et de ce que je serai. Et ainsi que je le disais le jour où je prenais désormais ma retraite de la grande entreprise dont j'avais été le numéro deux pendant sept ans : un homme honnête ne doit jamais s'excuser d'avoir réussi dans la vie. Comme vous le savez, j'ai eu plusieurs vies professionnelles, dont celle de journaliste. Pour beaucoup d'entre vous, je suis reconnu comme un aîné plus que respecté dans la profession. Ma fierté, c'est de savoir que beaucoup de cadets journalistes partagent ma satisfaction d'avoir eu le parcours professionnel en plusieurs dimensions qui fut le mien. Ma plus grande fierté, c'est de savoir qu'au-delà des années, je suis resté un modèle de compétence, d'intégrité, et de respectabilité pour la profession…»

Ci-après, le communiqué publié ce lundi 15 mai 2023 par Jean Claude Ottou

Communiqué démenti(c) Jean-Claude Ottou
Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique