Recrutements à la BEAC: Le PCA et le Gouverneur à couteaux tirés

Par Bernard BANGDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Aug-2022 - 21h24   5094                      
5
Abbas Mahamat Tolli, Gouverneur de la BEAC BEAC
Le président du conseil d’administration (PCA) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) demande au gouverneur de la banque de suspendre le processus de recrutement de cadres d’encadrement supérieur. Le Tchadien Abbas Mahamat Tolli ne s’exécute pas.

Le 1er août 2022, dans une correspondance dont l’objet porte sur « [le] Concours de recrutement des agents d’encadrement supérieur de la BEAC », le PCA de cette instance financière, le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Hervé Ndoba, instruit le gouverneur de la banque de « surseoir de manière immédiate à ce processus de recrutement ». Celui qui est également président de l’Umac motive sa correspondance, dont CIN a pu obtenir copie, par « une évaluation approfondie [qui] en sera faite par le conseil d’administration de la BEAC et le comité ministériel de l’Umac, dont vous voudrez bien convoquer promptement des sessions extraordinaires, afin que des mesures adéquates soient prises et que des orientations précises vous soient communiquées ».

C’est que, selon Hervé Ndoba qui évoque « diverses sources concordantes », « le déroulement du dernier concours organisé par la BEAC pour le recrutement de ses agents d’encadrement supérieur de la BEAC a été émaillé d’incidents significatifs de nature à en altérer la crédibilité ». Si le PCA ne donne pas de détails dans sa missive, au sein de la banque centrale, l’on dénonce « des premières listes à forte odeur de favoritisme et de népotisme ». Pour illustrer leurs propos, les contempteurs d’Abbas Mahamat Tolli indiquent que « sur les 30 présélectionnés, près de la moitié serait des membres de la famille du gouverneur ou alors ses proches. Par ailleurs, l’on note dans cette liste les noms des fils du vice-gouverneur camerounais, récemment nommé à la présidence de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac), et du secrétaire général gabonais ».

Herve Ndoba, PCA de la BEAC (c) BEAC



Riposte

Dans sa réponse en date du 2 août 2022, le gouverneur de la BEAC rappelle au ministre centrafricain que « le processus de recrutement en cours est conduit et organisé de bout en bout par un cabinet international de grande réputation et choisi par voie d’appel d’offres international, et qui bénéficie de l’appui d’une commission ad hoc mise en place au sein de la banque ». Se fondant sur les dispositions réglementaires régissant le fonctionnement et la gestion de la banque qu’il dirige, Abbas Mahamat Tolli dénonce « l’immixtion du PCA dans une affaire ne relevant pas de sa compétence ».

Par conséquent, estime le dirigeant tchadien, « […] il me paraît que contraindre le gouverneur de la banque centrale à convoquer des sessions extraordinaires du conseil d’administration et du comité ministériel sur une question relevant purement de la gestion opérationnelle, est contraire aux statuts de la banque centrale (article 47,5) et constituerait un dangereux précédent ». Traduction : le processus de recrutement des agents d’engagement supérieur de la BEAC va se poursuivre sans tenir compte des exceptions soulevées par le PCA.

Bernard Bangda

Auteur:
Bernard BANGDA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique