Afrique Centrale - Télécommunications: Vers la suppression des frais de roaming dans les six pays de la CEMAC au second semestre 2020

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Mar-2020 - 12h14   3861                      
0
Abonnés téléphone mobile Archives
Les ministres en charge des Télécommunications des six Etats de la sous-région ont validé le projet de Règlement communautaire visant cette suppression, au terme d’une réunion organisée par la Commission de la CEMAC le 28 février 2020 à Douala.

Le projet de Règlement communautaire visant à supprimer les frais d’itinérance (roaming) des communications électroniques dans les six pays (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale et Tchad) de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) est désormais validé par les six ministres en charge des télécommunications de la sous-région. C’était le 28 février 2020 à Douala, au terme d’une réunion organisée à cet effet par la Commission de la CEMAC.

A en croire Fatima Haram Acyl, vice-présidente de la Commission de la CEMAC, les frais de roaming seront supprimés au second semestre 2020 après adoption dudit Règlement lors de la prochaine session des ministres de l’Union Economique de l’Afrique Centrale (UEAC).

La suppression des frais de roaming, a-t-elle poursuivi, est un premier pas vers l’intégration et vise à mettre en place un réseau unique de telecommunications pour réduire les coûts de communication dans la sous-région.

Car jusqu’à présent, les ressortissants de la CEMAC sont contraints de payer des frais excessifs du roaming lorsqu’ils se déplacent dans l’espace communautaire. A titre d’exemple apprend-on, un Camerounais qui est en mode itinérance au Gabon, peut débourser jusqu’à 5000 FCFA pour recevoir une minute d’appel téléphonique.

Pour la ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Minette Libom Likeng, «la suppression des frais de roaming dans l’espace communautaire permettra non seulement de baisser les coûts de communication mais participera aussi à booster un écosystème numérique régional qui permettra aux startups de la sous-région de tirer le meilleur profit de cette réforme».

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique