Cameroun - Décision: Le coût du transport des marchandises sur les corridors Douala-Bangui et Douala-N’Djamena va augmenter dès le 1er janvier 2020

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Nov-2019 - 13h07   2884                      
3
Fret terrestre Archives
La décision a été prise le 31 octobre 2019 à Douala. C’était au cours d’une réunion organisée par le Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun (SNTRC).

A l’initiative du Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun, une réunion à laquelle ont pris part des transporteurs centrafricains et tchadiens s’est tenue le 31 octobre 2019 à Douala. Au cours de cette rencontre, les acteurs du secteur des transports ont décidé de l’augmentation du coût du transport des marchandises sur les corridors Douala-Bangui et Douala-N’Djamena.

Ainsi, le prix du transport des marchandises par voie terrestre de Douala à Bangui sera de 3,5 millions de FCFA par camion et de 4 millions de FCFA pour le trajet Douala-N’Djamena. Les nouveaux tarifs entreront en vigueur dès le 1er janvier 2020.

D’après le quotidien bilingue national, Cameroon Tribune, qui rapporte cette information dans son édition du 5 novembre 2019,  les responsables de ce secteur d’activité estiment que les prix actuels (entre 2,4 et 2,9 millions en direction de N’Djamena et entre 2,2 et 2,7 millions en direction de Bangui) «ne sont pas de nature à permettre au transporteur terrestre de vivre de son activité».

Selon le président régional du Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun pour le Littoral, Raymond Moungang, «plusieurs indicateurs justifient la hausse des prix du transport. Il y a dix ans par exemple, le sac de riz coûtait 13 000 F. Aujourd’hui le même sac de riz coûte 22 000 F. Entretemps, les transporteurs ont maintenu les mêmes prix. Ceux que nous allons appliquer dès janvier sont les prix planchers en deçà desquels la profession n’est plus rentable».

Pour El Hadj Oumarou, transporteur camerounais et coordonnateur du Bureau de Gestion du Fret Terrestre, «cette rencontre regroupe les patrons qui estiment qu’ils sont en train de mourir à petit feu. Ce problème de prix de transport qu’il va falloir payer pour les prestations réalisées en desservant le Tchad et la RCA est crucial pour le maintien en vie des transporteurs tchadiens, centrafricains et camerounais».

Afin de rassurer les consommateurs, ces différents acteurs ont affirmé que «l’Etat n’intervient pas directement dans la fixation des prix du transport terrestre. Les trois Etats (Cameroun, Tchad et RCA) se réfèrent aux prix fixés et régulés par le  Bureau de Gestion du Fret Terrestre, un organe indépendant», indique CT.

En ce qui concerne l’impact de cette hausse des prix du transport, au Cameroun, le ministère du Commerce «veille seulement à ce que les coûts de transport n’impactent pas sur le prix final au consommateur».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique