Cameroun - Traçabilité du cacao: Cargill, une entreprise opérant dans l’exportation du cacao, lance son portail numérique "Cocoawise"

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Oct-2020 - 16h07   5671                      
0
Cacao Camerounais Archives
Ce portail aura pour mission d’informer les consommateurs sur l’origine du cacao qu’ils consomment. Cette plateforme a été lancée le 1er octobre 2020.

Cargill, une entreprise qui fait dans l’exportation du cacao, a lancé le 1er octobre 2020, un portail numérique. Il s’agit de Cocoawise. C’est «une plateforme qui permettra aux producteurs d’aliments et de boissons chocolatiers d’accéder aux données liées à l’origine des produits qu’ils achètent, et de mieux connaître la chaîne d’approvisionnement directe du cacao», rapporte le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 8 octobre 2020.

En tant que l’un des principaux exportateurs mondiaux de cacao et producteurs de chocolat, les responsables de cette entreprise sont au centre de la filière, et ressentent le devoir de connecter tous les acteurs de la chaîne de valeur. Ainsi, «grâce à des technologies de pointe, comme CocoaWise, nous sommes en mesure de renforcer cette collaboration. Nous voulons transformer l’industrie tous ensemble, afin d’offrir une chaîne d’approvisionnement de cacao plus transparente et durable, qui profite à la fois aux agriculteurs et aux clients», indique Harold Poelma, président de Cargill Cocoa and Chocolate, dans les colonnes du journal.

Pour assurer la transparence de la chaîne d’approvisionnement, on retrouve sur cette plateforme, «une carte interactive indiquant le nom et l’emplacement des 128 coopératives partenaires en Côte d’Ivoire, des 11 stations d’achat au Cameroun et des sept stations d’achat au Ghana, appartenant au réseau d’approvisionnement direct dans ces pays», lit-on.

Quant à la traçabilité des fèves, «les coopératives peuvent suivre leur parcours via des codes-barres sur les sacs de cacao. Ce système permet de connaître l’origine des fèves et d’empêcher par exemple que celles issues de la déforestation n’entrent pas dans la chaîne d’approvisionnement», peut-on lire.

Enfin, notre confrère souligne que «l’entreprise forme les agriculteurs aux bonnes pratiques agricoles, encourage les programmes spécifiques notamment l’entrepreneuriat et l’autonomisation des femmes».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique